Une maison à vivre

Les enfants sont accueillis dans notre maison avec jardin, dans un quartier calme de Marignane.


Pour l’obtention de mon agrément, j’ai adapté et organisé l’espace selon les directives de la PMI, afin d’accueillir des jeunes enfants en toute sécurité. Bien sûr, cela reste un logement privé qui ne présente pas tous les avantages d’une structure collective uniquement dédiée à l’accueil des jeunes enfants.

Cependant, il permet tout de même de les recevoir dans un endroit accueillant et propre. Les sols et les sanitaires sont nettoyés chaque matin avant l’arrivée des enfants et chaque soir après leur départ, la pièce à vivre et la cuisine sont nettoyées une deuxième fois pendant les siestes.

Accueillir

L’accueil se fait dans le hall d’entrée qui donne à la fois sur le bureau, l’escalier (sécurisé par des barrières et des marches occultées), un cabinet de toilette, le salon et la cuisine. Auparavant, une véranda permet d’accueillir parents et enfants à l’abri et sert aussi d’espace de jeux et de goûters aux beaux jours. C’est dans le hall que les enfants accrochent leur blouson et enfilent leurs chaussons. Pour des raisons évidentes d’hygiène (et de respect de mon ménage quotidien), je préfère qu’on se déchausse (adultes compris) pour pénétrer dans les autres pièces.

Jouer

La pièce à vivre est disposé en L: une partie sert de salon, meublé de divans, d’une table basse, de petites chaises. Les enfants y dansent et y jouent. On organise les activités manuelles sur la petite table, avec une nappe réservée à cet effet. L’autre partie de la pièce est la salle de jeux à proprement parler. Elle est équipée d’étagères fixées au mur, ce qui permet de nombreux rangements et une occupation totale de l’espace par les enfants.

C’est dans cette pièce que se déroulent plutôt les activités libres, qui permettent aux enfants d’évoluer et de jouer entre eux, selon leur désir. Ces moments sont très importants car ils permettent aux enfants de prendre des décisions, d’apprendre à partager, de faire fonctionner leur imagination. Les boîtes de jouets sont à leur disposition.

Un coin calme est aménagé près des livres avec des coussins et des tapis. Cet espace permet de danser ou de faire des mimes. Les enfants évoluent aussi d’une pièce à l’autre pour des courses de camions ou de poussettes.


Manger

La cuisine est la pièce où sont pris les repas, en commun mais parfois échelonnés, les plus petits commencent à 11h30. C’est un moment convivial où les enfants acquièrent petit à petit une certaine autonomie. Je tiens à apporter des repas équilibrés et diversifiés,préparés à la maison.

La cuisine est un lieu complètement sécurisé (four en hauteur, aimants bloque-tiroirs, produits ménager et couteaux dans les placards muraux hors de portée et de vue des enfants) dans lequel j’accueille volontiers les enfants lorsque j’y suis présente.

C’est dans cette pièce que se déroulent parfois les activités dirigées que j’encadre et pour lesquelles je propose différents supports (peinture, pâte à modeler ou pâte à sel, gommettes, collages, pâtisserie). Les enfants ont des chaises adaptées à leur taille ou leur âge.


Dormir

Le sommeil est un moment clef dans la journée de l’enfant. Je pense qu’il est important de respecter ses habitudes (doudou, chanson, lecture, horaires) et de tout mettre en œuvre pour que le sommeil soit de qualité (silence, température adaptée). Les chambres de mes enfants sont équipées de lits gigognes, ce qui permet aux enfants d’avoir leur propre lit, dès l’âge de deux ans. Pour les plus jeunes, j’installe dans les chambres des lits-parapluie ou lit à barreaux et une turbulette personnalisée selon les temps d’accueil. Suivant les instructions de la PMI, il est interdit de rajouter un matelas d’appoint dans les lits parapluie afin d’éviter le risque d’étouffement. J’y couche les enfants les plus jeunes, les moins lourds. Quand ils grandissent et gigotent, ils vont dans le lit à barreaux, équipé d’un matelas plus épais.


Se changer

La salle de bain est à l’étage, contiguë à un cabinet de toilette. Elle ne nous sert pratiquement jamais (sauf en cas « d’accident-pipi au lit » nécessitant un point d’eau immédiat), car nous passons nos journées au rez-de-chaussée. J’avais aménagé un coin change dans la cuisine, mais à l’usage, j’ai réalisé que je préfère changer les enfants dans la pièce à vivre, afin de surveiller sans déranger les autres dans leurs jeux. Je pose le matelas sur le divan ou sur le tapis, les paniers avec les couches et petites affaires individuelles sont à proximité dans les étagères. De plus, cela évite les risques de chute et c’est plus ergonomique pour mon dos. Je fournis les produits de soin (liniment, coton, lingettes) sauf si les parents préfèrent une marque de produit particulière. Dans les petits casiers, les enfants ont tous une tenue de rechange et les couches adaptées, fournies par les parents. Cela évite de transporter chaque jour le sac à langer, encombrant et inutile. Quand ils sont malades, les médicaments et ordonnances individuelles sont stockés dans la pharmacie, un meuble inaccessible dans la cuisine, afin d’être hors de portée et de vue des enfants.


S’aérer

Aux beaux jours, nous profitons d’une partie du jardin qui est à l’avant de la maison. La PMI m’a demandé de dresser une barrière pour interdire aux enfants l’accès à la totalité du terrain. Dans l’espace qui nous est réservé, il y a de nombreux jouets extérieurs : balançoire à bascule, cabane, camions, vélos et toboggan aux normes (pas plus de trois marches). Cela occupe toutes nos après midis quand il fait beau.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les balises HTML ne sont pas autorisés.